Nine-Eleven

img_20170811_113243.jpg

« Pavot d’Islande » – Photo @Dsirmtcom, août 2017

Notes éthiques n° 8

Ce matin, vers 9 heures @RFMFrance a diffusé la chanson “Imagine” de John Lennon, en intégralité et sans aucun mot. Merci infiniment pour ce magnifique et très émouvant hommage aux personnes disparues le 11 septembre 2001, dans l’attentat des Twin Towers du World Trade Center.

Dès les premières notes, avant même que mon esprit ne réalise véritablement, tout s’est arrêté. J’étais dans ma salle de bains, en train de me raser. J’ai posé doucement mon rasoir sur le lavabo, et puis je me suis dirigé vers la fenêtre pour contempler le ciel bleu. Il parait qu’il est plus facile de retenir ses larmes lorsque nous regardons vers le haut. Il paraît…

Comme pour ceux qui ont connu l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas, nous nous souvenons sans doute tous de ce que nous faisions à l’instant où nous avons appris la terrible nouvelle. Je finissais ma journée à l’hôpital et venait de m’installer dans ma voiture. Machinalement, j’ai allumé la radio, et je suis resté incrédule. Ca ne pouvait être qu’un cauchemar, où une bien mauvaise pièce théâtre, un peu comme lors de la diffusion en 1938 du feuilleton d’Orson Wells, “La guerre des mondes”. Mais tout était bien réel, et les images sont encore dans nos mémoires.

Je me souviens enfin de l’hommage rendu quelques jours après, de la minute de silence. A midi, dans l’hôpital où je travaillais, nous nous sommes tous levés et avons écouté dans le silence le plus profond la chanson de John Lennon.

Seize ans après, la blessure ne s’est pas refermée. Je ne connais aucune des 3000 victimes. Je sais seulement que c’étaient des êtres humains, assassinés par la barbarie et l’obscurantisme, au nom de ce qu’ils appellent une religion. Une religion, c’est ce qui relie – le terme vient du latin relegare, rassembler ; et religare, relier. L’Islam est une religion qui relie, comme bien d’autres. Ici, il n’était question d’islam, mais d’inhumanité. Ces non-humains ont réussi, bien malgré eux, ce qu’ils ne voulaient et n’imaginaient même absolument pas : nous relier, au-delà des religions, au-delà des distances, au-delà du Temps.

Je viens de terminer la lecture d’un très bel ouvrage de Laurence Devillairs, qui s’intitule Guérir la vie par la philosophie. Voilà ce qu’elle écrit à propos de la mort :

La mort d’un être aimé ne survient pas qu’une fois ; elle se produit tous les jours. Tous les jours elle est réactualisée. Ce n’est pas aujourd’hui que la personne nous manque, c’est pour tous les jours à venir.

A chaque 11 septembre vient ce manque. Ces inconnus disparus sont devenus nos proches, nos soeurs et frères, au-delà des religions, au-delà des distances, au-delà du Temps.

Imagine there’s no heaven
It’s easy if you try
No hell below us
Above us only sky
Imagine all the people
Living for today…

Imagine there’s no countries
It isn’t hard to do
Nothing to kill or die for
And no religion too
Imagine all the people
Living life in peace…

You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one

I hope someday you’ll join us
And the world will be as one

Imagine no possessions
I wonder if you can
No need for greed or hunger
A brotherhood of man
Imagine all the people
Sharing all the world…

You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us

John Lennon, Imagine.

Dsirmtcom, 11 septembre 2017.

Référence bibliographique

Laurence Devillairs, Guérir la vie par la philosophie, Paris, PUF, 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s