Citations philosophiques – E

Retour à la table alphabétique par auteurs.

E

A mes yeux, la nécessité n’établit jamais la légitimité, le monde de la nécessité est celui de la faiblesse. Jacques Ellul, Propagandes.

La nature contient-elle des normes et des valeurs ? Non. Le monde naturel est un monde de faits (désenchanté, comme le dit Max Weber), non de valeurs. Il suit son cours de la même manière, qu’il apporte souffrance et ruine, ou paix et prospérité. Iago est aussi “naturel” que Mère Térésa. C’est nous qui forgeons des valeurs ou des normes. Pascal Engel, Épistémologie pour une Marquise.

Le meilleur temps, c’est le temps présent, ou plutôt l’éternité dans le présent. Pascal Engel, La Dispute.

Je suis cadavre. Or un cadavre est du fumier. Or le fumier est de la terre. Mais puisque terre est Dieu, point ne suis cadavre, mais je suis Dieu. Épicharme.

Ce qui tourmente les hommes, ce n’est pas la réalité mais les jugements qu’ils portent sur elle. Ainsi, la mort n’a rien de redoutable. Socrate lui-même était de cet avis: la chose à craindre, c’est l’opinion que la mort est redoutable. Épictète, Arrien de Nicomédie, Le Manuel d’Épictète.

N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites; décide de vouloir ce qui arrive comme cela arrive et tu seras heureux. Épictète, Arrien de Nicomédie, Le Manuel d’Épictète.

Où que tu te trouves, ne te présente jamais comme philosophe. Ne parle pas longuement, devant des profanes, des principes de la philosophie, agis plutôt suivant ces principes. Épictète, Arrien de Nicomédie, Le Manuel d’Épictète.

Souviens-toi que ce n’est pas celui qui t’injurie, ou qui te frappe, qui t’outrage, mais le jugement que ces hommes t’outragent. Lorsque donc quelqu’un te met en colère, sache que c’est ton jugement qui te met en colère. Efforce-toi donc avant tout de ne pas te laisser emporter par ton idée ; car, si une fois tu gagnes temps et délai, tu deviendras plus facilement maître de toi. Épictète, Arrien de Nicomédie, Le Manuel d’Épictète.

Ainsi, lorsque l’esclave d’un voisin casse une coupe, nous sommes aussitôt prêts à dire : “Ce sont des choses qui arrivent.” Sache donc, lorsque ta coupe sera cassée, qu’il faut que tu sois tel que tu étais quand fut cassée celle d’un autre. Épictète.

Le plaisir est le principe et la fin de la vie heureuse. Épicure, Lettre à Ménécée.

Prends l’habitude de penser que la mort n’est rien pour nous. Car tout bien et tout mal résident dans la sensation : or la mort est privation de toute sensibilité. Par conséquent, la connaissance de cette vérité que la mort n’est rien pour nous, nous rend capables de jouir de cette vie mortelle, non pas en y ajoutant la perspective d’une durée infinie, mais en nous enlevant le désir de l’immortalité. Car il ne reste plus rien à redouter dans la vue, pour qui a vraiment compris que hors de la vie il n’y a rien de redoutable. Épicure, Lettre à Ménécée.

Ici le plaisir est le souverain bien. Épicure, devise du Jardin.

A tous les désirs, il faut appliquer cette question: que m’arrivera-t-il s’il est accompli, et quoi s’il ne l’est pas. Épicure.

Du pain et de l’eau, si on les prend dans le manque, donnent le plaisir le plus haut. Épicure, Lettre à Ménécée.

Nous voyons l’autarcie comme un grand bien, non pour faire en tout usage de peu, mais afin que, si nous n’avons pas beaucoup, nous fassions usage de peu, bien persuadés que ceux-là profitent avec le plus de plaisir du luxe qui en manquent le moins. (…) Car nous faisons usage, dans certaines circonstances, du bien comme d’un mal, et dans certains cas inversement, du mal comme d’un bien. Épicure.

La vie ne lui est pas à sa charge, et il n’estime pas non plus qu’il y ait le moindre mal à ne plus vivre. De même que ce n’est pas toujours la nourriture la plus abondante que nous préférons, mais parfois la plus agréable, pareillement, ce n’est pas toujours la plus longue durée qu’on veut recueillir, mais la plus agréable.” Épicure, Lettre à Ménécée.

Plus on est fou, plus on est heureux. Érasme, Éloge de la folie.

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme, De pueris statim ac liberaliter instituendis.

Retour à la table alphabétique par auteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s