Carnet de vocabulaire philosophique – Hétéronomie / Autonomie

Philosophie – Carnet de Vocabulaire


Hétéronomie / Autonomie

Auteurs – Ouvrages :

Emmanuel Kant, Fondements de la métaphysique des moeurs

L’autonomie de la volonté est cette propriété qu’à la volonté d’être à elle-même sa loi (indépendamment de toute propriété des objets du vouloir). Le principe de l’autonomie est donc : de toujours choisir de telle sorte que les maximes de notre choix soient comprises en même temps comme lois universelles dans ce même acte de vouloir.

Suzanne Rameix, Fondements philosophiques de l’éthique médicale

[Aristote et l’hétéronomie] (..) l’homme n’est qu’une partie de la Nature. L’essentiel pour l’homme, c’est de connaître cet univers harmonieux et hiérarchisé, le cosmos, qui l’englobe, pour en suivre les lois, et, d’autre part, d’établir des lois justes, c’est-à-dire harmonieuses et hiérarchisées, elles aussi, pour construire une cité politique juste. (…) L’homme est donc, toujours pensé par rapport à autre chose que lui-même, qui le fonde et lui donne sens et finalité : soit le cosmos, qu’il a à connaître, soit la cité politique, qu’il a à construire et laquelle il a à vivre. Nous sommes dans une conception hétéronomique de l’homme.

Définitions

Hétéronomie : qui reçoit la loi d’un autre que lui-même.

Autonomie : qui crée lui-même ses propres lois, ses propres règles.

Références

Hétéronomie

Lalande : Condition d’une personne ou d’un collectif qui reçoit de l’extérieur la loi à laquelle elle se soumet.

Morfaux : du grec heteros, autre, et nomos, loi.

Condition d’une personne ou d’une collectivité qui reçoit d’autrui la loi à laquelle elle obéit.

Chez Kant (…), l’hétéronomie de la volonté comprend tous les principes de la moralité, soit empiriques, soit rationnels, tirés du principe du bonheur, « fondés sur le concept rationnel de la perfection, considéré comme effet possible, ou sur le concept d’une perfection existant par soi (la volonté de Dieu), considéré comme cause déterminante de notre volonté ».

Godin : (…) fait de recevoir sa loi de l’extérieur. Synonyme de non-liberté.

Autonomie

Lalande : étymologiquement, condition d’une personne ou d’une collectivité autonome, c’est-à-dire qui détermine elle-même la loi à laquelle elle se soumet.

L’autonomie de la volonté pour Kant, est le caractère de la volonté pure en tant qu’elle ne se déterminerait qu’en vertu de sa propre essence, c’est-à-dire par la seule forme universelle de la loi morale, à l’exclusion de tout motif sensible.

 Morfaux : du grec autonomos, qui se régit par ses propres lois.

Chez Kant, caractère de la volonté pure qui ne se détermine qu’en vertu de sa propre loi, c’est-à-dire en se conformant au devoir édicté par la raison pratique et non par un intérêt externe.

Voir aussi

Fiches de lecture :

Dsirmtcom, août 2018.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s