Citations philosophiques – I – J

Retour à la table alphabétique par auteurs.

I

Je crois en l’art de mourir, en l’art de souffrir, en l’art de vivre, et pour autant qu’il soit pratiqué de manière austère et lucide, je crois en l’art de mener une vie joyeuse. Ivan Illich.

Une politique conviviale s’attacherait d’abord à définir ce qu’il est impossible d’obtenir soi-même quand on bâtit sa maison. En conséquence, elle assumerait à chacun l’accès à un minimum d’espace, d’eau, d’éléments préfabriqués, d’outils conviviaux allant de la perceuse au monte-charge, et, probablement aussi, l’accès à un minimum de crédit. Ivan Illich.

J

Le mal n’existe pas, si par existence on veut dire une chose qui est, une substance, un ludion dans son bocal. Il n’y a pas de microbe du mal. Vladimir Jankélévitch, Le Mal.

Le pardon est mort dans les camps de la mort. Jankélévitch, L’imprescriptible.

L’amour, à lui seul, est déjà ce divin paradoxe, – car ce qu’il donne il l’a encore, car il est d’autant plus riche qu’il donne davantage. Jankélévitch, Traité des vertus.

L’amour pur et simple est le seul sentiment qui soit déjà une vertu. Jankélévitch, Traité des vertus.

Si la vie est éphémère, le fait d’avoir vécu une vie éphémère est un fait éternel.  Jankélévitch, La Mort.

Agis de façon que les effets de ton action ne soient pas destructeurs pour la possibilité future d’une vie authentiquement humaine sur la terre. Hans Jonas, Le principe responsabilité.

Le Prométhée définitivement déchaîné, auquel la science confère des forces jamais encore connues et l’économie son impulsion effrénée, réclame une éthique qui, par des entraves librement consenties, empêche le pouvoir de l’homme de devenir une malédiction pour lui. La thèse liminaire de ce livre est que la promesse de la technique moderne s’est inversée en menace ou bien que celle-ci s’est indissolublement associée à celle-là. Hans Jonas, Le principe responsabilité, une éthique pour la civilisation technologique.

Si Dieu, d’une certaine manière et à un certain degré, doit être intelligible (et nous sommes obligés de nous y tenir), alors il faut que sa bonté soit compatible avec l’existence du mal, et il n’en va de la sorte que s’il n’est pas tout-puissant. C’est alors seulement que nous pouvons maintenir qu’il est compréhensible et bon, malgré le mal qu’il y a dans le monde. Hans Jonas, Le concept de Dieu après Auschwitz.

Retour à la table alphabétique par auteurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.